Bienvenue dans les univers des cartes UFS, Yu-Gi-Ho!, Magic

Bienvenue dans l’univers du jeu de cartes à collectionner Universal Fighting System (UFS)!
Choisissez votre combattant préféré parmi les nombreuses licences de jeu vidéo et de comics que propose le système UFS, de Street Fighter à Soulcalibur, en passant par Tekken, King of Fighters, Samurai Shodown et bien d’autres. Ryu contre Siegfried ? Zangief contre King ? Mai Shiranui contre Mitsurugi ? Tous les affrontements, même les plus improbables, sont possibles lors d’une partie d’UFS !
Chaque deck de 60 cartes est en général dédié à un personnage spécifique, dont le style dépend à la fois de ses caractéristiques (nombre de cartes en main, points de vie), de ses capacités imprimées et des symboles dont il dispose (parmi les douze disponibles : air, eau, feu, terre, bien, mal, vie, mort, ordre, chaos, tout et vide).

À l’aide de cartes d’attaque, d’action, de possession (armes, équipement, environnements) et de fondation (les bases du style de combat de chaque personnage), devenez maître de la table de jeu et frappez fort pour vaincre votre adversaire !

Les parties d’UFS sont rapides et furieuses, mais les interactions et les synergies entre les cartes ne manquent pas, pour ceux qui aiment la construction de deck et les affrontements plus « contrôlés ».

La principale originalité de ce système de jeu repose sur un système de probabilités et de prise de risque – ici, pas de coût, ni de ressources, contrairement à ce que proposent la plupart des « classiques » du JCC… La construction de deck n’en est que plus jouissive !
La plupart des tournois organisés à Gorakou au cours des prochains mois se dérouleront au format « standard », qui comporte toutes les cartes issues des cinq dernières éditons (Shadowar, Soulcalibur IV : Tower of Souls, Tekken 6, Soulcalibur IV : Quest of Souls et Red Horizon) ainsi que quelques cartes promotionnelles.
Pour découvrir les cartes ou construire un deck, LA ressource indispensable sur le net : Essential UFS ! http://www.essentialtcg.com/ufs/CardDatabase/Default.aspx

Pour les règles complètes, et toutes les news sur le jeu, le site officiel de Jasco Games (les éditeurs du jeu) – n’hésitez pas à vous inscrire sur le forum ! www.jascogames.com

DISPO en ce moment à Gorakou : toutes les éditions du format standard, dont la toute récente Red Horizon ! 99 cartes puissantes, mais équilibrées, superbement illustrées dans un style « comics » par Gonzalo Ordonez, alias Genzoman. Faites-vous plaisir !

 

Magic : L’assemblée


Magic : l’assemblée (Magic: The Gatheringen anglais) est un jeu de cartes à colectionner (JCC), créé par Richard Garfield en 1993.
Ce jeu se distingue des jeux de cartes traditionnels par le fait qu’il existe plus de 14 000 cartes différentes avec lesquelles chaque joueur doit construire son jeu, en suivant un certain nombre de règles.
Les cartes ont des capacités diverses (action possible, puissance, contraintes) et sont de raretés diverses (mythiques, rares, semi-rares (ou unco), communes). Ces cartes sont vendues soit par jeux thématiques (decks pré-construits), soit par pochettes de quinze cartes (boosters qui contiennent chacun 1 carte rare ou mythique, 3 unco et 11 communes) ou par paquet de tournoi de 75 cartes contenant 30 terrains, 3 cartes rares ou mythiques, 10 unco et 32 communes.
Le jeu en lui-même voit deux joueurs s’affronter, chacun avec un deck de 60 cartes au minimum (ou 40 cartes dans certaines variantes regroupées sous le nom de « limité »). Certaines variantes permettent d’associer davantage de joueurs : « l’empereur » qui se joue à six, un empereur et ses deux vassaux face à un autre empereur et ses deux vassaux, ou encore le « troll à deux têtes » permet de jouer à quatre, deux contre deux.
L’éditeur Wizards of the Coast publie chaque année de nouvelles éditions destinées à renouveler le plaisir et les mécaniques du jeu. Il existe même des éditions destinées uniquement au jeu « fun », interdites en tournoi et ayant des effets inhabituels : Unhinged et Unglued.

Des tournois régionaux, nationaux et mondiaux sont dotés de prix et s’appuient sur un réseau de magasins partenaires. L’inscription à ces tournois peut se faire en prenant contact avec les partenaires ou via le site wizards-registration
Source : Wikipedia.fr.

 

 


Yu-Gi-Oh! Jeu de cartes à jouer (Yu-Gi-Oh! 5D’s Official Card Game au Japon) est peut-être l’un des jeux de cartes à collectionner les plus connus. Il est inspiré du jeu Magic and Wizard du manga Yu-Gi-Oh!. Comme Magic l’assemblée, il y a des tournois tels que les ligues et même un championnat de France de Yu-Gi-Oh! Jeu de cartes à jouer. Le gagnant de 2009 est Yohann Dudognon. De bonnes connaissances et une bonne compréhension des règles et des cartes sont nécessaires en tournois officiels. Depuis le 16 avril 2009, c’est Konami qui a les droits officiels, qui étaient donnés à Upperdeck Entertainment.

But :
Le but est, dans un duel, de réduire les points de vie de son adversaire à 0 (on commence avec 8 000 points), parfois dans une limite de temps impartie. Si un joueur ne peut pas piocher de carte au début de son tour, il perd également le duel. Enfin, certaines cartes peuvent donner la victoire, telles que les parties d’Exodia, les cartes de F.I.N.A.L. (D.E.A.T.H. au Japon), Compte à Rebours Final ou encore Vénénossa, La Divinité des Serpents Venimeux .

Dans les tournois officiels, un joueur est déclaré gagnant lorsqu’il a gagné un match, i.e. qu’il a été le premier à remporter deux duels selon les règles énoncées ci-dessus. Exception : certaines cartes permettent de gagner le match en ne gagnant qu’un duel, mais celles-ci ne sont pas sorties en français, et sont, pour la plupart, interdites en tournoi officiel.
Depuis septembre 2007, Upperdeck Entertainment a rajouté des règles officielles pour le Tag Duel (duels à 2 contre 2).

Rareté des cartes :
* Commune: 8 par booster (extensions « normales ») ;
* Rare : 1 par booster (14 par boite);
* Super Rare : 5 par boite ( 24 booster par boite) ;
* Ultra rare : 2 par boite( 24 booster par boite) ;
* Secret rare : Indterminé , 1 toutes les 1 a 3 boites ;
* Ultimate rare : 2 par boite selon les extension qui en contienne ou pas , les réédition n’ont pas d’ultimate
* Ghost rare : 1 tous les 139 boosters ;
* Parallèle rare : à gagner en ligue ou jusqu’au booster « L’Âme du Duelliste », mais en japonais (inconnu).
* Promotionnelle (ou édition limitée) : dans des jeux vidéo, les packs promotionnels, les Tin box (Secret rare), parfois chez McDonalds, parfois remises lors de tournois spéciaux (Pharaoh Tours, Shonen Jumps Championship, …).
Elles peuvent être en Commune, Rare, Super, Ultra et Secret rare…
Malgré tout, la rareté des cartes n’a aucune influence sur le cours du jeu ou le niveau des joueurs.

Source : Wikipedia

Les formats de jeu en tournoi Magic

Un des intérêts du jeu Magic tient dans le fait que chaque joueur constitue son jeu en puisant dans la collection de cartes qu’il possède. Chaque joueur ignore ainsi ce que son adversaire lui a préparé. Les règles de base prévoient des contraintes minimales pour la constitution des jeux : ils doivent comporter au minimum quarante cartes. Cependant, Magic étant aussi un jeu de cartes à collectionner, les joueurs ayant un investissement financier plus important augmentent sensiblement leurs chances de gagner. Afin de limiter l’avantage donné aux joueurs les plus riches et de préserver l’intérêt des tournois, différents types de tournois ont été mis en place.

Le EDH ou Commander

Le format chez Gorakou est du 1vs1, avec les règles « classiques » de l’EDH (définies sur http://duelcommander.com/fr/whatiscommander/)
Á noter, la nouvelle règle sur la « color identity » : l’identité colorée d’un commandant est définie par l’ensemble des symboles de mana présents sur sa carte. Concrètement, cela signifie que l’on peut jouer Bosh avec des cartes rouges et des terrains produisant du rouge. Ou Rhys l’exilé avec des cartes noires et vertes.
En format 1 contre 1, les parties se jouent en 30 points de vie (mais toujours 10 marqueurs poison, ou la meule).
Le mulligan a appliquer est le « Paris-Normandie » (je remets X cartes de ma main de côté, j’en repioche X-1, répéter le processus à l’envie, puis remélanger les cartes écartées à la fin des mulligans).
Enfin, petite nouveauté : un commandant peut être remis en zone de commandement s’il devait aller dans la bibliothèque de son propriétaire depuis n’importe où. Il pourra y être rejoué pour *2 manas supplémentaires.

Le Type 2 (Standard)
Afin de diversifier les tournois, de promouvoir les dernières extensions sorties et permettre aux nouveaux joueurs de participer, un second format de tournoi est rapidement mis en place : le Type 2 (ou Standard). Le nombre minimum de cartes est ramené à soixante et surtout il est interdit d’avoir plus de quatre exemplaires d’une même carte (exception faite des terrains de base). Il limite les éditions autorisées à la dernière édition de base et aux deux derniers blocs (encore dans le commerce), sans carte bannie ou restreinte.
Le type 2 est le format le plus joué en tournoi.
Le type 3 (Limité)
Á la recherche de nouvelles idées pour renouveler les tournois, le type 3 (aussi appelé Limité) a été mis en place. Dans celui-ci, les joueurs ne viennent pas avec un jeu déjà préparé, mais ils constituent leur jeu en début de tournoi à partir de cartes réparties équitablement entre les participants. Aucune limitation sur la constitution du jeu n’est donnée à part cette petite restriction : le jeu doit comporter au minimum quarante cartes dans ce format.
Il existe 2 formes de type 3 :
Le paquet scellé :
Chaque joueur reçoit 1 paquet de tournoi (75 cartes dont 45 aléatoires et 30 terrains de base) et 2 à 3 boosters (15 cartes aléatoires) ou bien 5 ou 6 boosters au total (les paquets de tournoi ne sont plus fabriqués depuis Eclats d’Alara). Chacun doit se créer un deck (paquet) de minimum 40 cartes avec ce qu’il a reçu y compris les terrains (ce qui oblige souvent à jouer au minimum 2 couleurs).
Ce format est classiquement utilisé lors des évènements « avant premières » pour la sortie d’une nouvelle édition.

set de joueur

Le Draft :
Chaque joueur reçoit 3 boosters. Les participants sont divisés par tables généralement de 8. Chacun ouvre son booster en même temps puis choisi une carte en un temps imparti et passe son paquet à son voisin, et ainsi de suite pour les 3 boosters. Á la différence du paquet scellé, les terrains sont à libre disposition ce qui permet le monocouleur.
Il existe aussi une autre forme de draft ou chaque booster et ouvert un à un sur la table, face révélée, et chaque joueur choisit tour à tour sa carte.
Ce type peut être utilisé à la sortie d’une nouvelle extension ou édition. Les participants découvrent ainsi les cartes et leurs potentiels simultanément, retrouvent l’excitation de la surprise. Il est aussi utilisé durant les gros tournois (championnat de France …) pour voir la capacité du joueur à créer un paquet compétitif en peu de temps. Ce type est trés intéressant car il associe les 2 plaisirs (la construction du deck et le jeu) tout en permettant de ne pas jouer avec les archétypes du moment et de créer un deck plaisant à jouer qui soit également compétitif.

Le Type 1.X (Étendu)
Proche du type 2, le Type 1.X (ou étendu) étend le nombre d’extensions. Il y a plus de possibilités que dans le type 2 sans laisser accès aux éditions les plus anciennes (potentiellement les plus rares et les plus chères), il a été créé en 1997 dans le but de «ne pas pousser les nouveaux joueurs à dépenser des fortunes pour se procurer des cartes non rééditées, chères et rarissimes».

Le Type 1.5 (Legacy)
Le Type 1.5 (ou Legacy, en français « héritage ») est un format relativement neuf. Proche du Type 1 puisqu’il autorise toutes les éditions, il a une limitation différente de ce dernier : Certaines cartes limitées du type 1 sont bannies en Legacy (comme Ancestral Recall), tandis que certaines cartes limitées du Type 1 sont légales en Legacy (Comme Trinisphère). Il constitue une bonne alternative budgétaire pour les joueurs désirant utiliser d’anciennes cartes.

Les commentaires sont fermés